A Nantes, 48 heures de garde à vue pour un homard de carnaval

Par Elsa Gambin

Samedi dernier, lors de la manifestation de convergence des luttes à Nantes, trois militants ont été interpellés alors qu’ils chargeaient un homard géant en papier mâché, destiné à rejoindre le cortège. Le procureur demandait l’ouverture d’une information judiciaire pour « association de malfaiteurs ». Le juge d’instruction n’a pas suivi.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Les manifestants n’en reviennent toujours pas. Samedi, le dispositif de sécurité prévu à l’occasion de la manifestation de convergence des luttes à Nantes leur avait semblé dès le départ disproportionné : des gendarmes mobiles à perte de vue, un hélicoptère, deux canons à eau, mais également deux VBRG (véhicules blindés de la gendarmerie) en plein centre-ville.