Patrick Simon: un discours sur l’immigration qui vise à «créer des antagonismes»

Par

Le sociodémographe Patrick Simon rappelle qu’une partie significative des classes populaires sont elles-mêmes immigrées ou descendantes d’immigrés. Et que cette opposition entre classes populaires et immigrés apparaît surtout comme le fruit d’une construction politique.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le président de la République Emmanuel Macron a revendiqué le 16 septembre 2019, devant les parlementaires de sa majorité, d’affronter la question de l’immigration et ce au nom des « classes populaires ». « Les bourgeois n’ont pas de problèmes avec ça : ils ne la croisent pas. Les classes populaires vivent avec », a-t-il déclaré. Entretien avec le sociodémographe Patrick Simon, directeur de recherche à l’Institut national d’études démographiques (Ined) et spécialiste des discriminations. Il a notamment participé à l’enquête « Trajectoires et origines », qui montre qu’en France les discriminations racistes existent bien. Même à la deuxième génération, les inégalités selon l’origine dans l’accès aux diplômes et à l’emploi persistent « toutes choses égales par ailleurs » pour les minorités visibles.