Ils ont marché sur l’ALUR

Par

C’est l’un des terrains de jeu favoris des lobbyistes : le logement. Avec la loi sur l’encadrement des loyers (lALUR), ils ont tout donné, estiment Les Jours.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Deux villes, deux annulations. À un mois et demi d’intervalle, l’encadrement des loyers a subi deux désaveux par la voie judiciaire : le 17 octobre, le tribunal administratif de Lille a annulé le décret permettant d’appliquer la mesure, imité par son homologue parisien le 28 novembre, où le dispositif était en vigueur depuis août 2015. Une victoire pour les lobbies défendant les intérêts des investisseurs et des agents immobiliers qui, de la fabrication de la loi ALUR (pour l’accès au logement et un urbanisme rénové) jusqu’à sa mise en œuvre à partir de 2014, ont combattu la mesure sans relâche. L’intense bataille autour de ce texte est un modèle du genre en matière de méthodes de lobbying. L’histoire de cette campagne contre la régulation des loyers, mesure évidemment populaire, vaut bien deux épisodes. Regardons d’abord du côté des propriétaires et des lobbies qui les défendent, à coups d’études à leur main et de chiffres parfois biaisés.