Maintien de l’ordre: la «nasse» est attaquée

Par

Le Conseil constitutionnel doit se pencher sur cette technique policière contestée, consistant à encercler et retenir un groupe de manifestants sans leur laisser d’issue. Il a trois mois pour se prononcer. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le 21 octobre 2010, une manifestation contre la réforme des retraites se tient à Lyon. Mais sur une grande place du centre-ville, 700 participants sont encerclés de 13 heures à 19 heures, sans possibilité de rejoindre le cortège principal ou de rentrer chez eux. Cet épisode, surnommé « la garde à vue à ciel ouvert de la place Bellecour », constitue un véritable traumatisme dans la mémoire militante locale.