Calais reste une prison à ciel ouvert pour les migrants

Par

Nicolas Sarkozy devait y faire un meeting mardi soir, annulé à la dernière minute. Il faut dire que le candidat, dans cette ville symbole de sa politique de l'immigration, aurait fait face à la colère et l'indignation des habitants. Car depuis la fermeture de Sangatte, rien n'a changé.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Calais, de notre envoyée spéciale