Une réforme de la justice en trompe-l’œil

Par

Au motif de moderniser la justice et de la rendre plus rapide, le projet de réforme de Nicole Belloubet fait peser des menaces sur l’accès au juge pour les citoyens les moins favorisés. Avocats et magistrats sont vent debout.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Sur le papier, le propos est louable et se veut consensuel. « L'état de nos juridictions et de nos prisons ne répond pas aux attentes des citoyens. Le gouvernement souhaite engager une réforme de la justice pour rendre plus effectives les décisions des magistrats, donner plus de sens à leurs missions et rétablir la confiance de nos concitoyens dans notre justice », lit-on dans l'exposé des motifs du projet de loi de programmation pour la justice 2018-2022, qui doit – sauf report de dernière minute – être présenté au Conseil des ministres ce vendredi 20 avril (on peut lire l'exposé des motifs et le projet de loi sous l'onglet Prolonger). Un projet de loi organique devant, dans le même temps, être présenté pour « renforcer l'organisation des juridictions », toujours dans un souci d'efficacité. Mediapart Live consacre un débat à cette réforme ce mercredi 18 avril, de 21 heures à 22 heures.