C’est l’un des plus vieux feuilletons politico-judiciaires français qui est en passe de s’achever. Vingt-quatre ans après la cession du groupe de sports Adidas par l’ex-Crédit lyonnais pour le compte de Bernard Tapie, la Cour de cassation vient de trancher définitivement l’interminable confrontation judiciaire : dans un arrêt rendu jeudi 18 mai, la Cour de cassation vient de juger définitivement que l’ex-banque publique n’a jamais lésé son client. Bernard Tapie n’a plus de nouveaux recours possibles. Si le volet pénal du scandale est loin d’être clos et devrait déboucher vraisemblablement sur un procès devant un tribunal correctionnel dans le courant de l’année 2018, le volet civil de l’histoire s’achève donc aujourd’hui. Par la défaite de Bernard Tapie.