A la maison de naissance Doumaïa, «pour accoucher, tu es chez toi»

Par Sophie Boutboul et Emmanuel Prost

Dans un lieu exclusivement géré par des sages-femmes, les suivis de grossesse se font sans intervention de médecins, pour un accompagnement global et physiologique jusqu’au post-partum. En France, il existe huit maisons de naissance expérimentales et 12 nouvelles vont bientôt voir le jour. Reportage en texte et en dessins à Doumaïa, à Castres.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Castres (Tarn).– En franchissant la porte de Doumaïa, tout le monde se déchausse. Ce bloc rectangulaire de plain-pied de 140 m2 , avec une vue sur le massif de la montagne Noire, tranche avec l’apparence de paquebot de l’hôpital de Castres-Mazamet, à quelques mètres. Pour les futurs parents, l’accueil commence toujours par une visite, en chaussettes donc, de la chambre aux murs bleu turquoise et sa baignoire aux airs de jacuzzi, de la chambre orange voisine, de la cuisine… Les prénoms des 150 bébés nés ici depuis 2017 recouvrent les murs.