Décès dus au reconfinement tardif : « Le chef de l’État doit assumer »

Par

La décision de repousser le troisième confinement à début avril aurait engendré un coût humain de plus de 14 000 morts, d’après de premières estimations avancées par Le Monde notamment. Pour l’ex-corapporteur de la commission d’enquête du Sénat, Bernard Jomier (apparenté socialiste), Emmanuel Macron a pris cette décision seul et contre les scientifiques.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le 29 janvier dernier, le chef de l’État a décidé, en Conseil de défense, de ne pas suivre l’avis du Conseil scientifique qui préconisait de reconfiner le pays de manière préventive. Le troisième confinement n’a finalement été acté que le 31 mars, en raison de la saturation de l’hôpital. Or, ce vendredi 18 juin, Le Monde a publié une première estimation du coût humain de cette décision : plus de 14 000 décès, près de 112 000 hospitalisations, dont 28 000 en réanimation, et environ 160 000 cas de Covid-19 long supplémentaires, selon les calculs du quotidien. Un travail réalisé « sous le contrôle de l’équipe de l’épidémiologiste Pascal Crépey, à l’École des hautes études en santé publique de Rennes ».