Des personnalités corses appellent les nationalistes au sursaut

Par

Au pouvoir depuis cinq ans, les nationalistes corses sont aujourd’hui confrontés à l’impatience, voire à la déception, d’une partie de leur base. Des figures de la société insulaire, elle-même en pleine mutation, dressent un bilan de cette première mandature et expliquent ce qu’elles attendent de la prochaine.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le soir du 13 décembre 2015, alors que les yeux continentaux observaient la carte rose et bleu des résultats des régionales, où Marine Le Pen et Marion Maréchal avaient finalement été balayées au second tour, une couleur différente, apparue tout en bas, en pleine Méditerranée, échappait à l’attention de nombreux commentateurs. Cette couleur marquait pourtant un changement historique en Corse : l’accession au pouvoir des nationalistes, un an après l’annonce, par le Front de libération nationale corse (FLNC), de sa sortie de la clandestinité.