A Fréjus, Marine Le Pen tente de faire oublier le FN

Par Pseudonyme

Faute de pouvoir changer le nom de son parti, Marine Le Pen a poussé jusqu'au bout sa quête de respectabilité ce week-end lors de la rentrée du parti d'extrême droite. Objectif : briser le « plafond de verre » du second tour à la présidentielle.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Fréjus de notre envoyé(e) spécial(e).-  Plus de flammes, plus de Front national. À défaut de pouvoir changer le nom de son parti, Marine Le Pen a poussé à l'extrême sa quête de respectabilité ce week-end pour ses « Estivales » à Fréjus. Le tout devant conduire à enfin briser le « plafond de verre » du second tour à la présidentielle, au printemps. Le parti a pourtant échoué à le faire aux dernières régionales malgré des avances confortables au soir du premier tour, notamment en PACA et dans le Nord-Pas-de-Calais-Picardie. « Nous sommes en phase ascendante. Vous savez, il suffit d'en gagner une, veut croire Jean-Lin Lacapelle, conseiller régional d'Île-de-France. Et après, vous avez la vague bleu Marine aux législatives ! »