Fonds secrets des sénateurs UMP: la justice rallume l’instruction

Par

La chambre de l'instruction de Paris a estimé, lundi 18 décembre, qu'un parlementaire pouvait bien être poursuivi pour « détournement de fonds publics ». L'enquête sur les fonds secrets des sénateurs UMP peut reprendre. Et François Fillon se faire du souci.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Fillon, Gaudin, Falco, etc. La liste est longue des (ex)-parlementaires français, menacés par des enquêtes anticorruption, qui surveillent cette décision depuis des semaines comme le lait sur le feu, espérant se rassurer un peu. Au contraire, la justice vient de pousser les gaz. La chambre de l’instruction de la cour d’appel de Paris (chargée de contrôler le travail des juges d’instruction) a en effet estimé, lundi 18 décembre, que rien n’empêchait, en France, de poursuivre un parlementaire pour « détournement de fonds publics ».