Les salariés de l’aéro éparpillés face aux plans sociaux

Par

Dans le Sud-Ouest, les « plans de sauvegarde de l’emploi » s’empilent chez les sous-traitants de l’aéronautique. Beaucoup de salariés du secteur pointeront à Pôle emploi en 2021. Mais face à un patronat offensif et au terme d’une année éprouvante, les luttes peinent à s’installer. Témoignages.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Toulouse (Haute-Garonne).– C’est un cadeau de Noël très moyen : le 24 décembre, un plan social concernant 32 salariés sur 75 entrera en application dans l’entreprise Cauquil, spécialiste de la mécanique de précision, sous-traitant de « gros » du secteur, tels Safran ou Latécoère. Installée dans une petite commune de la métropole toulousaine, Cauquil fait partie de cette myriade d’entreprises touchées par la crise qui secoue l’aéronautique depuis le début de la pandémie au printemps dernier (relire « A Toulouse, un cauchemar social se dessine pour l’aéronautique »).