La CNCDH: «La France ne doit pas sacrifier ses valeurs»

Par

La Commission nationale consultative des droits de l’homme publie un avis sévère sur les mesures prises ou envisagées par l'exécutif depuis le 13-Novembre. Une inquiétude partagée par le Haut-Commissariat pour les droits de l’homme de l'ONU qui vient d'adresser ses questions au gouvernement français.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La Commission nationale consultative des droits de l’homme (CNCDH) a publié, lundi 18 janvier, une déclaration particulièrement sévère sur les mesures prises ou envisagées par l’exécutif depuis les attaques du 13 novembre 2015 : que ce soit la déchéance de nationalité, l’état d’urgence ou encore le projet de réforme pénale.