Dans le Finistère, les socialistes redoutent «une décharge de colère»

Par

Dans ce département pris à la droite en 1998, les socialistes mènent une campagne compliquée : la réforme des départements est illisible, la crise de l'agroalimentaire n'en finit pas, le FN a fait une percée inattendue aux européennes, la droite est en embuscade. Surtout, les électeurs veulent «faire turbuler le système», dit le député socialiste Gwenegan Bui.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Finistère, de notre envoyé spécial.-  Ce jeudi 12 mars, le collectif Gaspare (Garantir l’avenir solidaire par l’autonomie régionale énergétique), qui s’oppose depuis des années à l’installation d’une centrale à cycle combiné gaz sur la commune de Landivisiau (Finistère), peut se targuer d’un double succès. D’abord, celui, inespéré, de sa consultation des principaux candidats aux élections départementales : sur les 108 «binômes» républicains consultés, 67 ont répondu et 40 ont même répondu favorablement à leur demande d’un moratoire sur l’installation de la centrale.