Financement politique: malgré le scandale Bygmalion, rien n’a changé

Par

À la veille de l’ouverture du procès Bygmalion, le président de l’ONG Transparency International France, Patrick Lefas, déplore que le mécanisme de contrôle des dépenses de campagne n’ait pas été repensé à la suite du scandale.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Comme si elle avait été reléguée au rang de simple fait divers, sans épaisseur ni enjeu, l’affaire Bygmalion n’a, à ce jour, rien provoqué, ou si peu, dans le débat politique.