Le président de la Fédération française de tennis est condamné pour diffamation

Par

Prise dans la tourmente du scandale du trafic des billets de Roland-Garros, la Fédération française de tennis s’enfonce dans la crise.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Voici un jugement qui tombe au plus mal pour le nouveau président de la Fédération française de tennis (FFT), Bernard Giudicelli. Emporté dans les turbulences du scandale du trafic des billets de Roland-Garros, visé par une plainte pour manquement aux règles d’un appel d’offres, critiqué par des grands joueurs ou ex-grands joueurs, dont Yannick Noah, il vient de surcroît d’être condamné, mardi 19 septembre, par le tribunal de grande instance de Lyon, pour diffamation envers un grand nom du tennis français, Gilles Moretton, qu’il a accusé d’être impliqué dans ce scandale de trafic, alors que c’est sur lui-même que le grief pèse.