«Gens du voyage»: le business peu reluisant des aires d’accueil

Par Maïa Courtois

Une partie des collectivités locales délèguent la gestion de ces espaces à des entreprises privées, dont les relations avec les familles tournent bien souvent au rapport de force. Avec des pratiques à la limite de la légalité. Pendant plusieurs mois, Mediapart a enquêté.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Vu de loin, c’est un marché de niche, un secteur négligé. En réalité, depuis des années, des entreprises prospèrent sur le business des aires d’accueil destinées aux « gens du voyage », dont nombre de collectivités délèguent la gestion à des sociétés privées. D’après notre enquête, des pratiques discrétionnaires, voire arbitraires, trop souvent brutales, s’y multiplient loin des regards : familles blacklistées, infrastructures au rabais, tarifs abusifs, coupures punitives d’eau et d’électricité, etc.