Comment les députés oublient la loi pour leurs collaborateurs

Par
Ségolène Royal vient d'être condamnée pour ne pas avoir rémunéré deux ex-assistantes parlementaires. Mediapart s'est procuré un courrier signé des trois anciens questeurs de l'Assemblée qui montre que les députés peuvent licencier leurs collaborateurs «pour motif personnel» à la fin de leur mandat.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

L'Assemblée nationale est parfois mauvaise mère avec les siens, comme a pu l'attester la récente condamnation de l'ancienne députée Ségolène Royal (PS) qui n'avait pas rémunéré deux anciennes assistantes parlementaires pendant plusieurs semaines. Mediapart s'est procuré un courrier – à ce jour jamais rendu public – qui témoigne en effet du peu de cas que l'institution, actuellement en pleine réflexion sur la «modernisation du marché du travail», fait du respect du droit du... travail en son propre sein.