Le Conseil national du numérique, «courroie de transmission» du Net

Par
Dans une semaine, on connaîtra la composition du Conseil national du numérique, mais le secret est déjà éventé: ce sera le lobby officiel de l'industrie des télécommunications et du commerce électronique qui sera chargé d'orienter les politiques numériques du pays. Très loin de la promesse de Nicolas Sarkozy d'«associer largement la nation aux choix publics» en matière d'Internet.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le moins que l'on puisse dire, c'est que la majorité présidentielle a des rapports contrariés avec le numérique français. A plusieurs reprises – au moment d'Hadopi, lorsque Frédéric Lefebvre devait devenir secrétaire d'Etat à l'économie numérique, lors de l'élaboration de l'Acta et de la Loppsi –, il a dû affronter la fronde des internautes. En décembre 2010, l'Elysée a entrepris de renverser la situation. Il fallait se concilier les faveurs du Net. Mais pas n'importe comment: en choisissant ses interlocuteurs. C'est là qu'est ressortie la vieille idée d'un Conseil national du numérique.