«K-way noirs et chasubles rouges doivent avancer ensemble»

Guillaume, syndicaliste CGT, lance un appel sur le site Paris-luttes.info « à visibiliser la présence des syndicalistes au sein des cortèges de tête » pour « contredire les médias et l’État » qui distinguent « bons et mauvais manifestants ».

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

À Paris, le mouvement social contre la loi sur le travail n’a pas été, jusqu’au 12 mai 2016, le théâtre d’affrontements violents entre les manifestants offensifs et les autres, notamment ceux qui défilent au sein des cortèges syndicaux. Si quelques attitudes ont pu être déplorées, notamment lors de la manifestation du 24 mars, les organisations syndicales, y compris au niveau de l’intersyndicale nationale, ne se sont jamais vraiment dissociées des « casseurs ». On a même vu une solidarisation très rapide avec les victimes des violences policières quelles qu’elles soient.