De Calais à Nice, sans voies légales, les frontières tuent

Par

Pour la première fois, un automobiliste est mort à Calais dans un accident causé par un barrage de migrants voulant rejoindre l'Angleterre. De l'autre côté de la France, à la frontière avec l'Italie, un exilé a été blessé par électrocution sur le toit d’un train. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Les frontières blessent et tuent. Dans la nuit de lundi 19 à mardi 20 juin, le chauffeur d’une camionnette immatriculée en Pologne, dont l’identité reste inconnue, a perdu la vie à Guemps dans le Pas-de-Calais. Alors que son véhicule circulait sur l’A16 en direction de Calais, il s’est encastré dans un poids lourd qui s’était immobilisé au milieu de la voie pour éviter un barrage de troncs d’arbres installé au travers de la route. Les migrants en transit dans la région pour rejoindre l’Angleterre utilisent cette technique rodée de longue date pour faire ralentir les camions afin de tenter de monter dans leur remorque, de se cacher dans la cargaison et d’ainsi passer clandestinement la frontière.