Etat d’urgence: face à une droite déchaînée, la majorité joue les modérés

Par

Le débat sur la prolongation de l’état d’urgence à l’Assemblée a donné lieu à de vifs échanges. Les Républicains estiment qu’après l’attentat de Nice, des mesures d’exception doivent être prises. Le gouvernement en appelle à l’État de droit. Le texte a été examiné au Sénat.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

L’ambiance était électrique, ce mardi 19 juillet à l’Assemblée nationale. Cinq jours après l’attentat sanglant à Nice, le projet de loi prorogeant l’état d’urgence, adopté le matin même en conseil des ministres, arrivait devant les députés. C’est la quatrième prolongation depuis les attentats de novembre 2015. À l’image de ces derniers jours, la droite a lâché ses coups.