Le colonel Steiger, condamné pour violences conjugales, quitte ses fonctions

Par

Promu numéro un de la gendarmerie en Nouvelle-Calédonie, le colonel Éric Steiger a demandé à être relevé de ses fonctions à la suite de la révélation par Mediapart de sa condamnation pour violences conjugales. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La situation était devenue intenable. Deux jours après la révélation par Mediapart de la condamnation, par la cour d’appel de Paris, du colonel Éric Steiger pour des violences physiques et psychologiques commises sur son épouse, le haut gradé a été relevé, vendredi 20 août, de ses fonctions de numéro un de la gendarmerie en Nouvelle-Calédonie, auxquelles il venait d’être promu par sa hiérarchie, en connaissance de ses antécédents judiciaires.