Les Tunisiens, première nationalité expulsée de France en 2011

Par

C’est l’autre contribution de la France à la révolution : l’année du printemps arabe, les Tunisiens ont été la nationalité la plus expulsée du territoire. Selon le bilan annuel des associations présentes dans les centres de rétention, les ressortissants de ce pays, de même que les Roumains, ont fait les frais de procédures de renvoi expéditives. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C’est l’autre contribution de la France à la révolution : l’année du printemps arabe, les Tunisiens ont été la nationalité la plus expulsée du territoire. En 2011, 5 474 ressortissants de ce pays ont été enfermés dans des centres de rétention administrative (CRA), soit 22,6 % des personnes concernées (hors outre-mer), contre 9,5 % un an plus tôt, selon le décompte des cinq associations présentes dans ces lieux de privation de liberté qui publient ce mardi 20 novembre leur rapport annuel (le lire dans son intégralité).