Usul. Peut-on poser la question de la violence?

Par Morgane Jacob, Rémi Liechti et Usul

Qu’elle vienne du pouvoir ou des manifestants, la violence est compliquée à justifier dans une société démocratique qui a fait le pari de régler les conflits par le dialogue et le jeu des élections. Mais quand plus personne ne veut jouer le jeu, la situation se grippe, et resurgit l’éternelle violence. Est-il possible de la défendre ?

La lecture des articles est réservée aux abonnés.