Usul. Peut-on poser la question de la violence?

Par Morgane Jacob, Rémi Liechti et Usul

Qu’elle vienne du pouvoir ou des manifestants, la violence est compliquée à justifier dans une société démocratique qui a fait le pari de régler les conflits par le dialogue et le jeu des élections. Mais quand plus personne ne veut jouer le jeu, la situation se grippe, et resurgit l’éternelle violence. Est-il possible de la défendre ?

Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

© Mediapart

D’un côté de la barricade comme de l’autre, on peine à mettre en mots ces images qui font le tour des chaînes d’info en continu comme des réseaux sociaux. Qu’elle vienne du pouvoir ou des manifestants, la violence est compliquée à justifier dans une société démocratique qui a fait le pari de régler les conflits par le dialogue et le jeu des élections.

Mais quand plus personne ne veut jouer le jeu, la situation se grippe, et resurgit l’éternelle violence. Est-il possible de la défendre ? Quel discours est tenable à son égard ? Ce sont les questions que se pose cette semaine l’équipe d’Ouvrez les guillemets en compagnie de deux journalistes, David Dufresne et Vincent Glad, et d’une élue, Corinne Morel Darleux.

☞ Suivez « Ouvrez les guillemets » sur Twitter, Facebook et YouTube.

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale