«Face au coronavirus, qui nous protège, nous, les assistantes maternelles?»

Par Nasssira El Moaddem

Au bout d’une semaine de confinement, les assistantes maternelles connaissent enfin leur sort. Selon le ministère de la santé, elles doivent continuer de travailler et accueillir les enfants dont elles ont la garde. Des directives qui mettent le feu aux poudres dans une profession oubliée des discours gouvernementaux.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Il aura fallu une semaine, après le discours du jeudi 12 mars du président de la République annonçant la fermeture des crèches et des établissements scolaires, pour que les assistantes maternelles aient enfin des informations claires sur leur sort. Dans une note du mercredi 18 mars (lire ici), la consigne de la Direction générale de la cohésion sociale du ministère de la santé se veut claire : les assistantes maternelles doivent continuer d’accueillir les enfants dont elles ont la garde. « Jusqu’à nouvel ordre, l’accueil des enfants chez les assistants maternels [...] n’est pas suspendu », indique le document, qui poursuit sans aucune ambiguïté : « Les assistants maternels sont tenus d’exécuter leur contrat de travail. » Des directives ministérielles qui ont mis le feu aux poudres chez les assistantes maternelles agréées, premier mode de garde en France avec près de 300 000 salariées.