De villages en préfectures, les Pyrénées s'essaient à la Nuit debout

Par

Tandis que la place de la République capte l'essentiel de l'attention médiatique, le mouvement se développe aussi en régions. Si la question du mal-être démocratique demeure centrale, d'autres thématiques, plus territorialisées, émergent. Et la question des seuils à franchir est posée. Échos de deux soirées pyrénéennes.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Micro en main, blouson de cuir et cheveux au vent, il ouvre l'AG. Pour lui, Nuit debout, c'est « d'abord un mouvement de protestation des travailleurs », qui concerne « 5 millions de musulmans stigmatisés » tout autant que « les jeunes, les petits patrons »… Il parle des Panama papers, rappelle la devise républicaine et convoque les « grands hommes » pour s'en défier : « Nous ne voulons plus d'un de Gaulle ou d'un Gambetta ! » Plus tard dans la soirée, il plaidera pour une « grève générale insurrectionnelle ». Lordon, place de la République ? Non. C'est David, 17 ans, précoce étudiant en Sciences-Po, en direct de Mirepoix, 3 500 habitants, mignonne petite cité de l'est ariégeois.