Croquis. Soudain un douzième homme…

Par

Sur France 2, les candidats se succédaient quand la nouvelle de l’attentat des Champs-Élysées est tombée. Comme si un douzième candidat s’était emparé du débat présidentiel, non par les mots, mais par le meurtre, aussitôt récupéré par deux des concurrents.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

L’ultime exposition médiatique des onze candidats à l’élection présidentielle ne promettait pas d’entrer dans l’Histoire. France 2 n’ayant pas réussi à mettre en place un débat, elle proposait une espèce de compilation de ses « interviews politiques » d’après-journal. Il régnait donc une languissante atmosphère de déjà-vu et déjà entendu. Au lieu d’un invité par soir, on les avait invités en même temps, mais à la queue leu leu, chacun étant convié à amener avec lui un objet emblématique, puis disposant d’une carte blanche pour traiter du sujet qu’il choisissait, avant d’être confronté à une photo de sa jeunesse.