L’ultime exposition médiatique des onze candidats à l’élection présidentielle ne promettait pas d’entrer dans l’Histoire. France 2 n’ayant pas réussi à mettre en place un débat, elle proposait une espèce de compilation de ses « interviews politiques » d’après-journal. Il régnait donc une languissante atmosphère de déjà-vu et déjà entendu. Au lieu d’un invité par soir, on les avait invités en même temps, mais à la queue leu leu, chacun étant convié à amener avec lui un objet emblématique, puis disposant d’une carte blanche pour traiter du sujet qu’il choisissait, avant d’être confronté à une photo de sa jeunesse.