Le PS est lâché par une partie de ses économistes

Par
C'est un appel rendu public mardi, d'une quarantaine d'économistes et universitaires respectés, en faveur du Front de gauche, alliance du parti de Jean-Luc Mélenchon et du PCF. Cet inventaire de propositions n'a rien d'exceptionnel à dix jours des élections européennes. Sauf que dix des signataires avaient défendu bec et ongles, il y a six mois, la candidature de Benoît Hamon au poste de premier secrétaire du PS. Pour Richard Sobel, l'un des signataires de l'appel (avec Bruno Amable, Jacques Sapir...), l'affaire est grave : «Le PS est en convalescence avec les intellectuels critiques.» Retour sur ce qui pourrait s'apparenter à un lâchage.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

L'appel publié mardi dans Libération s'intitule «Europe : pour changer de cap». Signé par 36 économistes français à l'approche des élections européennes du 7 juin, c'est un texte de campagne, en défense du Front de gauche, né du rapprochement entre le très vieux parti communiste et le très jeune parti de gauche de Jean-Luc Mélenchon (ainsi que d'anciens minoritaires de la LCR).