Rapport annuel de l’IGPN : la cheffe Brigitte Jullien assume son soutien aux policiers

Par

L’IGPN présentait, le 20 juillet, son rapport annuel d’activité. Rituel censé démontrer la transparence de l’institution. Néanmoins, les chiffres sont têtus et révèlent à nouveau les limites de ce service d’enquête.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Chaque année, l’Inspection générale de la police nationale (IGPN) présente son rapport annuel à la presse. À l’image de ses enquêtes, la police des polices fait preuve d’une interprétation très souple de données, qu’elle a pris soin de sélectionner. Au cours de la conférence de presse du 20 juillet, la transparence et l’impartialité dont se targue l’IGPN sont rapidement devenues de simples habits d’apparat, dont les coutures semblaient craquer à chacune des interventions de la cheffe Brigitte Jullien.