Alzheimer: l'utilité des médicaments est fortement remise en cause

Par

La Haute autorité de santé vient de dégrader la note des médicaments anti-Alzheimer. Leur efficacité est jugée des plus faibles et leur remboursement (le coût actuel est de 250 millions d'euros pour la Sécu) va être baissé. Levée de boucliers chez les spécialistes et les associations de patients. Et on découvre une fois de plus l'activisme des grands labos.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La Commission de la transparence de la Haute autorité de santé (HAS), chargée d'évaluer les médicaments, vient de voter un avis sévère pour les traitements anti-Alzheimer : leur SMR – service médical rendu – est désormais jugé «faible» alors qu'il était considéré jusqu'ici comme «important». La décision, qui confirme un projet d'avis élaboré en juillet, sera officialisée d'ici la fin octobre.