Le travail d’influence des Émirats arabes unis auprès de Marine Le Pen

Par

En juillet 2014, la présidente du FN a reçu un représentant émirien qui aurait proposé d’« aider » le FN. En mai 2015, son voyage en Égypte aurait été « financé par les Émirats arabes unis », affirme l’un de ses proches. Alors que le FN recherche des financements à l’étranger pour 2017, la question du rapprochement avec Abou Dhabi revient.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Les Émirats arabes unis pourraient-ils financer la campagne présidentielle de Marine Le Pen ? La question revient sur la table alors que le parti recherche activement des financements à l’étranger pour ses campagnes de 2017, sans exclure les pays du Golfe. « On cherche “worldwide”, partout sauf en France étant donné le refus des banques ici », a expliqué à Mediapart l’eurodéputé Bernard Monot, l’un des frontistes, qui active ses réseaux pour décrocher des prêts. « On a mis une douzaine de lignes à l’eau qu’on peut actionner. Nous cherchons à l’ouest – zone dollar et zone euro –, on a aussi des pistes au Moyen-Orient. »