La Nouvelle-Aquitaine fonce vers la grande vitesse

Malgré l’opposition des écologistes, dont le maire de Bordeaux, Pierre Hurmic, la région Nouvelle-Aquitaine et la métropole bordelaise, dirigées par le PS, ont acté avec la droite et le centre le financement des lignes TGV Bordeaux-Toulouse et Bordeaux-Dax. 

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Bordeaux (Gironde).-  Si certains en doutaient encore, la séquence politique en Nouvelle-Aquitaine sur l’extension des lignes à grande vitesse de Bordeaux vers Dax et Toulouse montre, à l’échelon local, le gouffre idéologique qui sépare les formations de gauche, à quelques mois de l’élection présidentielle.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal