Surveillance: le projet Reporty de Nice retoqué par la Cnil

La Commission nationale de l'informatique et des libertés a demandé l'arrêt de l'expérimentation de cette application permettant aux habitants de filmer et transmettre en temps réel à la police des vidéos d'incidents.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La Commission nationale de l’informatique et des libertés (Cnil) a demandé, dans une décision publiée mercredi 21 mars, l’arrêt de l’expérimentation à Nice de l’application mobile Reporty permettant aux habitants de signaler un incident à la police.