Malgré l’ombre du variant brésilien, Saint-Georges, en Guyane, garde sa sérénité

Par Marion Briswalter (Guyaweb)

Alors que le variant de Manaus tendrait à circuler de plus en plus en Guyane, l’heure n’est pas à l’inquiétude chez les habitants de cette localité de l’Oyapock, aux portes du Brésil. La campagne vaccinale y connaît une dynamique qui tranche avec celles des autres communes guyanaises.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Saint-Georges (Guyane).– Assise à la terrasse de sa case, et regardant le va-et-vient devant la boulangerie, Artémise, Créole de 90 ans élégamment vêtue d’une robe à fleurs, n’ira pas se faire vacciner, car « ça [lui] fait peur ». Devant l’une des écoles de ce bourg de 4 300 habitants, la réticence est formulée de la même manière par certains parents d’élèves venus chercher leurs enfants à pied, à vélo ou en voiture pour la pause du déjeuner.