À Montpellier, des habitants de La Paillade tentés de voter Le Pen pour « crever l’abcès »

Dans ce quartier populaire de Montpellier, les habitants perçoivent le second tour de l’élection présidentielle comme un fardeau, estimant avoir le choix entre la « peste et le choléra ». Certains, dans une logique de « vote sanction », vont jusqu’à penser faire barrage à Emmanuel Macron plutôt qu’à Marine Le Pen.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Montpellier (Hérault).– Cinq années sont passées. Les contours du quartier n’ont pas tellement changé, mais en se baladant au milieu des barres d’immeubles de La Paillade (rebaptisée Mosson, depuis quelques années, pour redorer l’image du quartier), au nord-ouest de Montpellier, on observe vite les effets de la rénovation urbaine.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal