Les grandes manœuvres de l'affaire Bettencourt

Par

Le procureur général de Bordeaux, André Ride, marqué à droite, s’implique personnellement dans le suivi des cas Nicolas Sarkozy et Eric Woerth, tous deux mis en examen. Il s'en explique, et se défend de toute intervention politique.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le traitement de l’affaire Bettencourt par la justice suit décidément un cours chaotique. On se souvient des circonstances rocambolesques dans lesquelles cette affaire d’État avait été retirée au tribunal de Nanterre pour être confiée à celui de Bordeaux, censé être plus à l’abri de possibles pressions.