Beaucaire, une ville fracturée par le Rassemblement national

Par

Le maire RN Julien Sanchez, qui a ravi cette ville du Gard il y a cinq ans, a mené – à grand renfort de communication – une politique ciblant la population maghrébine. Aujourd'hui, la population paraît divisée comme jamais.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Beaucaire (Gard), envoyée spéciale.– Le salon de beauté de Delphine, sur la route de Nîmes, est encore en chantier. Pour l’inauguration de septembre, le maire RN Julien Sanchez a promis de venir. « La mairie aurait préféré que je m’installe en centre-ville. Elle m’avait proposé un local avec un loyer intéressant, mais entre les difficultés pour se garer et les “fréquentations” là-bas, j’ai préféré refuser », explique la jeune commerçante qui, par le mot « fréquentations », n’a pas besoin de préciser qu’elle désigne la population maghrébine, majoritaire dans le centre-ville de cette commune de 16 000 habitants. Un centre-ville sinistré, que Julien Sanchez avait promis de « dé-kébabiser », une formule sans équivoque pour désigner la population maghrébine.