Pas d'urgence à statuer sur le porc à la cantine, selon le tribunal administratif de Dijon

Par

Le tribunal administratif de Dijon a rendu son ordonnance ce jeudi concernant la suppression du plat de substitution dans les cantines scolaires de la ville de Chalon-sur-Saône. Selon lui, il n'y a pas d'urgence à trancher. L'affaire devrait être jugée au fond dans les trois mois qui viennent. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Par une délibération du 29 septembre 2015, le conseil municipal de Chalon-sur-Saône a supprimé le menu de substitution dans les cantines scolaires lorsque du porc est servi. La Ligue de défense judiciaire des musulmans avait attaqué cette délibération et demandait sa suspension (voir notre compte-rendu de l'audience du 19 octobre). Le juge des référés du tribunal administratif de Dijon, par une ordonnance du 21 octobre, a rejeté cette demande (voir ici l'ordonnance). Selon lui, en effet, le caractère d'urgence n'est pas rempli : l'atteinte n'est pas suffisamment grave et immédiate.