Autodéfense féministe : « C’est l’apprentissage de sa propre puissance »

À Toulouse, Gaillac ou Paris, des adolescentes et des adultes se forment à l’autodéfense féministe. Un empouvoirment qu’elles jugent nécessaire, libérateur et sécurisant face aux violences de genre.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Toulouse (Haute-Garonne), Gaillac (Tarn), Paris.– « Ça m’aide à me sentir légitime, en droit de me défendre, puissante et mieux armée. » En ce jour froid de novembre, à Toulouse, Alexandra*, 40 ans, vient suivre un atelier d’autodéfense féministe auprès de l’association Faire face. Elle a déjà participé à un stage de deux jours en 2019. 

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal