Le juge Trévidic dénonce: «Le dispositif sur le secret défense n'est pas constitutionnel»

Par et
Chargé des enquêtes parmi les plus sensibles de la République (Karachi, moines de Tibéhirine, Rwanda...), Marc Trévidic publie un essai qui lève un coin de voile sur les dessous de la lutte antiterroriste, ses pièges, ses secrets. Dans un entretien à Mediapart, le magistrat met en cause le système français du «secret défense», cet habillage juridique d'une raison d'Etat qui tourne, parfois, à la déraison d'Etat.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Marc Trévidic est sans doute le magistrat le plus détesté de l'Elysée. Un anti-Philippe Courroye, en quelque sorte. Président de l'Association française des magistrats instructeurs (AFMI), vent debout contre le projet de réforme de la justice prévoyant la suppression du juge d'instruction, Marc Trévidic est par ailleurs le juge en charge de l'affaire de l'attentat de Karachi, dont certains développements financiers pourraient menacer l'actuel président de la République.