Un procès en forme de vœu pieux: préserver la police des violences policières

Par

Le procès de quatre policiers d’un commissariat parisien, accusés de violences contre de jeunes Français d’origine étrangère, a buté sur le sentiment d'impunité de prévenus inconscients des ravages qu'induit leur attitude antidémocratique.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

À chacun son angle de vue ou d’attaque, au second jour du procès en correctionnelle des quatre policiers du XIIe arrondissement de la capitale, accusés de violences aggravées par une action collective de dix-huit jeunes gens – trois plaintes sur quarante-quatre ont été retenues, faute de preuves irréfutables.