Delarue: la loi renseignement «affaiblit le contrôle»

Par

« On s’attendrait à ce que le contrôle soit renforcé par ce texte. Or, c’est l’inverse : on l’affaiblit », explique à Mediapart le président de la commission nationale de contrôle des interceptions de sécurité, l’autorité administrative indépendante que le projet de loi projette de remplacer par une nouvelle entité.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C’était l’un des arguments du gouvernement pour justifier sa nouvelle loi renseignement présentée jeudi dernier : un renforcement de l’arsenal des services de renseignement en échange d’un renforcement du contrôle de leurs activités. « Or, c’est l’inverse : on l’affaiblit », explique à Mediapart Jean-Marie Delarue, président de la commission nationale de contrôle des interceptions de sécurité (CNCIS), l’autorité administrative indépendante justement chargée de cette tâche.