La trouille rouge de la droite toulousaine

Par

Fin de campagne tendue à Toulouse, où Jean-Luc Moudenc, candidat à sa réélection, est donné perdant par deux sondages. Investi par LR et soutenu par LREM, le maire sortant se replie sur des fondamentaux de son camp : sécurité, notabilité et péril rouge.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Toulouse (Haute-Garonne). – Le réveil post-confinement a été vif pour le maire sortant Jean-Luc Moudenc, soutenu par LR et LREM. Fin mai et mi-juin, deux sondages successifs ont donné son adversaire, Antoine Maurice, 39 ans, candidat d’Archipel citoyen – la liste d’union de la gauche désormais soutenue par 16 formations (dont LFI, EELV, le PCF, le PS et Générations) –, vainqueur au second tour dans un mouchoir de poche.