Cahuzac, amnésique, met Hollande dans l'embarras

Par

Auditionné à nouveau par les députés mardi, Jérôme Cahuzac a, de fait, démenti l'existence d'une réunion le concernant, à l'Élysée le 16 janvier, pourtant confirmée par Pierre Moscovici la semaine dernière. L'opposition demande l'audition de Jean-Marc Ayrault. Réponse ce mercredi.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

À nouveau, Jérôme Cahuzac les a désarçonnés. Les socialistes membres de la commission d'enquête de l'Assemblée nationale sur l'affaire Cahuzac espéraient que la deuxième audition de l'ancien ministre du budget, ce mardi, permettrait enfin d'éclaircir le rôle des plus hautes autorités de l'État. L'ancien ministre, déjà auditionné le 26 juin, allait combler les trous, donner plus de détails, permettre de clore leur calvaire. Mais leurs espoirs ont été douchés : Jérôme Cahuzac s'était visiblement juré de ne pas leur faire ce cadeau. Après avoir choisi lors de sa première audition de ne pas répondre, en se réfugiant derrière l'enquête judiciaire en cours, il a cette fois opté pour une autre ligne de défense : ne pas se souvenir.