Attentats de janvier 2015: ces failles que les services ont cachées à la justice

Par

Alors qu’un responsable de la DGSI doit être entendu au procès des attentats de janvier 2015, Mediapart revient sur la surveillance des frères Kouachi par les services de renseignement français. Une surveillance entachée de nombreuses défaillances.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Dans leur ordonnance de mise en accusation, les juges chargés de l’instruction des attentats de janvier 2015 constatent, dépités, que « les frères Kouachi n’ont laissé que peu de traces derrière eux, comme le montrent la téléphonie et les exploitations informatiques ; ils ont veillé à ne pas attirer l’attention des services spécialisés, limitant leurs fréquentations, s’en tenant à leur cercle familial et communiquant discrètement »