La finance, rêve somnambulique de la majorité

La majorité a adopté un amendement au projet de loi de finances 2019 réduisant la fiscalité sur les bonus des gérants de fonds. Le but : attirer plus que jamais les acteurs de la City. Un objectif dangereux pour l'économie française.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

C’est une obsession discrète, mais persistante, du gouvernement : rendre Paris attractive auprès des acteurs financiers londoniens dans sa concurrence avec Dublin, Francfort et Luxembourg. Et pour cela, conformément aux lois de la finance internationale, il faut user de l’arme fiscale. L’Assemblée nationale a donc adopté lundi 22 octobre un amendement au projet de loi de finances (PLF) 2019 pour « garantir un taux forfaitaire de 30 % » au bonus des gérants de fonds d’investissement qui s’installeront à Paris.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal