Loi sur les crises sanitaires: le gouvernement recule mais ne rassure pas

Par

Au vu de l’émoi suscité par son dépôt inattendu, à l’approche de Noël, le gouvernement a reporté sine die l’examen du projet de loi sur la « gestion des urgences sanitaires ». L’opposition, de gauche comme de droite, ne crie pas victoire et assure rester vigilante. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Un pas en arrière, le temps que la polémique se tasse ? Olivier Véran a annoncé, mardi 22 décembre sur TF1, que le projet de loi « instituant un régime pérenne de gestion des urgences sanitaires » ne serait pas examiné par le Parlement avant la fin de la crise sanitaire. « La vaccination contre le coronavirus ne sera pas obligatoire », a souligné le ministre de la santé, qualifiant l’épisode de « mauvaise polémique ». « Le texte n’est pas retiré, mais il ne sera pas examiné avant des mois […], lorsque la crise sera terminée, a également indiqué Olivier Véran. Il servira plus tard. »