Bobigny: la transaction secrète pour acheter le silence d’un ancien pilier de l’UDI

Par

Après des soupçons de malversations à l’office HLM pendant l’ère centriste, c’est la gestion de la Semeco, structure chargée de l’équipement de la ville, qui interroge. D’après des documents obtenus par Mediapart, son ancien directeur a reçu près de 170 000 euros pour partir et garder le silence.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Si l’UDI ne dirige plus la ville de Bobigny (Seine-Saint-Denis), remportée en juin dernier par les communistes, sa gestion de la municipalité depuis 2014 n’en finit plus d’interroger. Après les suspicions de malversations liées à l’Office public de l’habitat (OPH) de la ville évoquées par Mediapart en octobre dernier, ce sont maintenant d’autres transactions aux montants exorbitants – plus d’un million d’euros – qui pourraient intéresser la justice.